NOTE : Pour réduire au maximum le risque de spam indésirables, seul les membres dûment inscrits au forum peuvent cliquer les liens hypertexte dans les messages. Cela prend 2 minutes. Inscrivez vous

Message

Clarisse
Adhérent groupe:
Adhérent groupe:

Date du message : samedi 9 mai 2020 à 11h30


Source France Bleue
------------------------------
Après avoir réclamé des moyens de protection pendant deux mois, les ambulanciers commencent enfin à être équipés. La profession traverse désormais une période économique très difficile. "Nous ne sommes pas considérés, nous avons été sacrifiés," lance Jean-Louis Schamber, ambulancier CFDT à Mulhouse

La colère ne faiblit pas. Depuis le début de la crise sanitaire, les ambulanciers font partie des premiers professionnels mobilisés et des premiers en contact avec les malades. Aujourd'hui, ils sont parmi les derniers à être protégés.

Nous avons été oubliés
"Nous ne sommes pas considérés comme des soignants, regrette Jean-Louis Schamber, ambulancier à Mulhouse et délégué syndical CFDT. Nous avons eu de réelles difficultés à équiper les professionnels avec des moyens de protections individuelles : masques, gants, surblouses. Nous avons été oubliés par les pouvoirs publics et les Agences régionales de santé. Comme si nous étions de simples transporteurs, alors que nous aussi, nous étions en première ligne".

En effet, depuis le début de l'épidémie, les ambulanciers alertent sur leur manque de matériels de protection. Après deux mois de mobilisation, ils semblent avoir été entendus. "Aujourd'hui, on peut remercier les acteurs syndicaux du transport qui ont fait pression. Désormais, dans une grande majorité de sociétés, les protections sont enfin mises en œuvre, les moyens de désinfection de nos ambulances sont à peu près établis, sauf que cela fait deux mois que la crise a commencé, et ce n'est juste pas possible, dénonce Jean-Louis Schamber. Comment est-ce possible que la sécurité sanitaire de notre profession soit sacrifiée pour un problème d'approvisionnement, un problème de manque de masques ?"

On a l'impression d'avoir été sacrifiés
Ce manque de protection n'a pas été sans conséquence chez les ambulanciers. Ils sont nombreux à avoir été contaminés par le coronavirus. "On a payé un lourd tribut puisque c'est mon cas, j'ai été contaminé, raconte le délégué syndical. C'est le cas aussi de plusieurs collègues de ma société et de beaucoup d'ambulanciers en France. On a vraiment l'impression d'avoir été sacrifiés."

Jean-Louis Schamber interpelle aujourd'hui l'exécutif pour une vraie reconnaissance du travail et de l'implication de ses collègues tout au long de la crise. "On espère que le gouvernement nous dise : messieurs les professionnels du transport et du transport sanitaire, heureusement que vous étiez là pour permettre à l’État de pouvoir fonctionner pendant la crise. Ça, on ne l'a pas encore entendu."

Le gouvernement oublie les petites mains
"Aux pouvoirs publics, on leur dit : quand vous avez eu besoin de nous, nous étions là. Quand il a fallu chercher tous les patients Covid, nous étions là. Quand nous avons été missionnés par le SAMU, nous avons répondu 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Et au moment où on commence à voir une sortie de crise, le gouvernement fait des annonces pour remercier les soignants, c'est une très bonne chose, mais il oublie les petites mains, les ambulanciers, les livreurs de matières premières, les livreurs de masques. Le gouvernement oublie beaucoup de corporations et la mienne, celle du transport sanitaire, ressent une vraie colère."

Pour les ambulanciers du Grand Est, la crise est aussi économique. Les transports d’urgences ont été la norme pendant deux mois. En revanche, pour les transports programmés (suivis de traitements, radiothérapies, chimiothérapies...), l’activité s’est effondrée. Certaines sociétés de la région ont perdu 60% de leur chiffre d’affaires. C'est pourquoi, Jean-Louis Schamber réclame un coup de pouce financier de la part de l’État. "Nous espérons une prime. Certes, elle ne sera pas merveilleuse mais le geste, au moins, nous permettra d'être considérés à notre juste valeur."

En tant que délégué syndical des Ambulances du Grand Est et responsable du transport sanitaire CFDT au niveau national, le Mulhousien espère également le lancement de grandes négociations sur le statut d'ambulancier.

Ambulancière ADE - Ile de France
Mon espace internet préféré:
https://www.facebook.com/groups/Groupe.Ambulanciers/

Surveiller Imprimer

NOTE : Pour réduire au maximum le risque de spam indésirables, seul les membres dûment inscrits au forum peuvent cliquer les liens hypertexte dans les messages. Cela prend 2 minutes. Inscrivez vous